Madonna

Oeuvres d'art > Photographie

Lee Friedlander
1979
Gelatin silver print, printed no later than 1985.
Image size: 16 x 25 cm
Paper size: 20 x 26 cm
Press print
Publishing annotations in pencil on verso, inscribed 'Madonna US 9.85' in red felt tip pen and ‘USED’ red stamp.
6 724.20$

incl. tva
Printed to be published in the Italian Playboy issue of September 1985.
Provenance: Archive Playboy, Italy.
Consistent with a press print having been manipulated in the publishing process, this glossy surface print shows some handling marks under raking light only.


Lee Friedlander photographie Madonna en 1979, époque à laquelle la future icône de la pop, âgée de 20 ans, travaille comme modèle pour des artistes. Friedlander est une figure incontestable de la photographie et il a, en refusant de respecter les normes préétablies, grandement participé à renouveler cet art dans les années 1970. Il a depuis ses débuts appliqué son style très personnel à une grande variété de sujets, notamment la société américaine qu’il immortalise avec une grande justesse. La vérité frappante de ces photographies qu’il désigne par le terme de “social landscape” transparaît également dans ses nus.

La série Nudes, dans laquelle ces photographies de Madonna s’inscrivent, prend racine en 1977. Lee Friedlander s’était initié au nu par le biais de son ami photographe George Krause à Houston. De retour à New York, il continue ce projet et fait appel à de nouveaux modèles. Madonna répond ainsi à une annonce qu’il passe dans un journal. Friedlander dira à son propos qu’elle était très professionnelle et sûre d’elle. Elle n’est alors qu’une jeune danseuse qui cherche à se faire un nom à New York, encore loin de la célébrité qu’elle connaîtra par la suite. Si, selon la légende, elle n’a été payée que 25 $ pour cette séance de pose, il en résulte pour autant une dizaine de tirages en noir et blanc qui sont véritablement emblématiques du travail de Lee Friedlander.

La série prend fin en 1991 avec une exposition au MoMA et la publication d’un livre. Les nus de Madonna sont néanmoins publiés quelques années auparavant. Le magazine Playboy, au vu de la célébrité croissante de la chanteuse, paye 500.000 USD pour obtenir les droits de ces photographies et les publie dans son numéro de septembre 1985 en illustration d’un article intitulé « Madonna, a look at our material world’s most ethereal girl – before she was a superstar ».

Ces photographies sont un rare témoignage de cette période de la vie de Madonna, mais elles sont également représentatives du travail de Friedlander dont la dimension novatrice réside dans la manière nouvelle qu’il a d’aborder des sujets classiques. En effet, il photographie ces derniers en se détournant des conventions visuelles communément admises et son travail sur le nu est particulièrement révélateur de cette démarche. Beaucoup de photographes se sont tournés vers la peinture afin d’imiter les postures et formes du corps nu tel qu’il était représenté par les peintres. Lee Friedlander, aux côtés de photographes tels que Bill Brandt ou Edward Weston, fait figure d’exception et ré-invente ce genre à sa manière avec brio.

Les modèles de la série Nudes sont souvent photographiés à leur domicile. Cet environnement intime et ordinaire contraste avec les poses souvent surprenantes dans lesquelles le photographe immortalise ces corps dénudés. C’est bien là que réside toute la spécificité des photographies de Lee Friedlander. Notre oeil, habitué à voir dans le nu artistique des femmes prenant la pose académiquement, ne peut qu’être déconcerté par ces modèles aux poses extravagantes dont la présence devient véritablement tangible. Son intérêt réside dans le réel et le concret. Il cherche à produire une image du corps nu aussi réel et palpable que possible en utilisant tous les moyens que lui offrent le modèle et le médium photographique.

Cet aspect naturaliste passe également par une forme d’acceptation. Lee Friedlander ne s’offusque pas de la pilosité de ses modèles, d’un bleu ou d’un grain de beauté disgracieux. Au contraire, il se sert de ces éléments comme outil d’individualisation. La visibilité accordée à ces détails, habituellement dissimulés dans une recherche d’idéal esthétique, lui attira des critiques. Bob Guccione par exemple, l’éditeur du magazine Penthouse, déclara qu’il n’aurait quant à lui jamais publié ces photographies de Madonna, faisant référence à la pilosité de la chanteuse qu’il jugeait dérangeante.

Malgré cette dimension terre-à-terre, voir pragmatique, des nus de Lee Friedlander, ces derniers ne sont pas pour autant dénués de tout lyrisme. Dans cette photographie, le corps nu de Madonna se reflète sur l’écran télévisé sous la forme d’une silhouette distordue qui n’est pas sans rappeler les Distortion d’André Kertész. Cet écho entre la figure et son reflet pourrait aussi ramener à notre bon souvenir la photographie d’Henri Cartier-Bresson intitulée Derrière la gare Saint-Lazare. Sur cette dernière, l’affiche d’une danseuse placardée au second plan répond avec une certaine poésie à la position de l’homme au premier.

De nombreux musées du monde conservent et exposent l’oeuvre de Lee Friedlander, notamment le MET et le MoMA à New York, ainsi que la National Gallery of Art à Washington. Cette reconnaissance institutionnelle s’étend aussi au marché de l’art, comme le démontre la vente parisienne de Sotheby’s le 10 novembre 2017 lors de laquelle un lot de cinq tirages des nus de Madonna a été acquis pour la somme de 33.750 €.

Lee Friedlander, born in 1934, began photographing the American social landscape in 1948. With an ability to organize a vast amount of visual information in dynamic compositions, Friedland ...Continuez à lire

Partagez cette oeuvre

Partagez cette oeuvre sur vos médias sociaux préférés

Œuvres d'art et livres connexes

Madonna
Madonna
Distortion #82
Politique de cookies
28 Vignon Street utilise des cookies pour améliorer l'expérience de l'utilisateur. En continuant, vous acceptez ces cookies. Lisez tout à ce sujet dans notre politique de cookies.

fermer le panier de shopping

Votre panier de shopping

Votre panier est vide

YOU ARE CURRENTLY ON THE SITE FOR
États Unis

Selecting your country will allow 28 Vignon Street to offer you services adapted to your location.

Choose your country

Choose your currency

Choose your language